"Rendre accessibles à chacun les oeuvres d'art de l'humanité"  (André Malraux)

 

Un nouvel espace muséal à Thésée ?

PROJETS

 

 

La promotion et la mise en valeur du site et du musée représentent les principaux objectifs de notre association. De nombreux projets de relocalisation du musée archéologique à Thésée ont été élaborés depuis plus de dix ans sans aboutissement.

 

Conscients des difficultés de mise en œuvre d’un programme d’ampleur, les Amis du Musée et du Site de Tasciaca, force de proposition, initient et  suivent avec attention l'évolution des dossiers au fil du temps.

 

 

Le musée actuel

 

Le musée archéologique a été réaménagé en 1987 dans les locaux vacants au premier étage de la mairie, située dans l’enceinte du parc du Vaulx Saint-Georges de Thésée. C’est un musée municipal contrôlé par la Direction des Musées de France. Il est labellisé « Musée de France ».

 

Il présente les objets découverts sur l’ancien site de Tasciaca qui s’étendait sur les trois communes de Thésée, Pouillé et Monthou-sur-Cher.

 

Il a été conçu par une jeune archéologue, Elisabeth Latrémolière (*), conservateur stagiaire avec l’aval scientifique de spécialistes renommés, comme Gérard Coulon, concepteur du Musée d’Argenton-sur-Creuse.

 

Cinq salles d’exposition occupent une superficie d’environ 120 m2  et accueillent entre 1000 et 2000 visiteurs par an. Les limites de ce musée (superficie, accessibilité…) posent maintenant problème : les réflexions menées ces dernières années, ont amené l'association à considérer l’implantation d’un musée de site aux abords des monuments antiques des Maselles comme une nécessité.

 

(*) actuellement conservateur en chef du château de Blois.

 

 

Le projet

 

Après plus de 20 ans d’existence, les élus locaux et les membres des Amis du Musée ont évalué l’intérêt mais aussi les difficultés de développement de ce musée de site.

 

Réaliser un musée de site à taille raisonnée et utiliser les bâtiments situés autour du site des Maselles permettrait de présenter et d’améliorer la conservation et la mise en valeur des collections exposées dans l’actuel musée. Le mobilier entreposé dans d’autres musées et chez des particuliers pourrait également y être exposé. Des mises en scènes muséographiques et interactives agrémenteraient les visites du public, notamment scolaire. De nouvelles fouilles archéologiques, nécessaires à l’avancement de la recherche historique deviendraient alors pertinentes.

 

Ce nouvel espace muséal d'animations garantirait enfin l'accessibilité du musée et du site gallo-romain au public empêché et aux personnes à mobilité réduite pour lesquelles l'accès était jusque-là difficile (Le musée se situe actuellement  au deuxième étage de la mairie). Cela permettrait enfin d’accueillir simultanément une cinquantaine de visiteurs, ce qui est actuellement impossible pour des raisons d’espace et de sécurité.

 

Notre association a souhaité inscrire ce projet dans une démarche touristique associant tous les partenaires culturels et touristiques de la Vallée du Cher.

 

En effet, la mise en valeur du site gallo-romain des Maselles donne l'occasion d'animer le site par des événements festifs et culturels diversifiés. Elle trouve opportunément sa place dans les circuits cyclo-touristiques, programmés par le Pays, notamment « Le Cher à vélo ». Elle rappelle ainsi l'importance de la voie romaine et de la rivière Cher comme voies antiques de circulation est-ouest à l’intérieur de la Gaule (Tasciaca figure sur la table de Peutinger). Le Musée de Thésée marquerait ainsi de façon forte la position frontière du site de Tasciaca entre les différents peuples gaulois et permettrait au public de mieux comprendre son histoire en appréciant les raisons de son implantation sur la voie reliant Bourges à Tours.

 

Nous avons également proposé la création d’un espace lié au tourisme local et à la viticulture à proximité du site même des Maselles, dans un bâtiment existant. En partenariat avec les vignerons locaux, ce lieu permettrait de mettre en avant la place occupée par le vin dans notre vallée depuis l’Antiquité, de souligner son importance et de favoriser sa promotion. Une vitrine dédiée au tourisme régional dans cette zone de frontière immémoriale génèrerait une dynamique certaine pour les différents partenaires touristiques tels les restaurateurs, les viticulteurs, les gîtes et maisons d’hôtes et bien sûr les autres destinations touristiques des alentours.

 

Initiée par les Amis du Musée, une importante réunion au sujet du projet de musée avec les différents partenaires a eu lieu à Thésée le 29 septembre 2010. De l’avis unanime, un musée rénové est essentiel et «prioritaire» pour la présentation des collections au public. Il pourrait être associé à la création d’un parc archéologique destiné aux manifestations culturelles prévu par exemple dans le guide du schéma de développement touristique 2011-2014 du Val de Cher Saint-Aignan.

 

Une étude conjointe du musée et du parc dans laquelle se sont investis la DRAC, la Direction des Musées de France, le Pays du Cher et du Romorantinais, le Conseil Général de Loir-et-Cher, la Communauté de Communes Val de Cher Saint-Aignan, la municipalité de Thésée et les Amis du Musée a été conduite de novembre 2010 à avril 2013. La conclusion est cruelle : bien qu’une délocalisation soit légitime, pertinente et réaliste, aucune institution ne peut / ne veut porter ce projet au coût de fonctionnement trop important.

 

 Toutefois, après l’encouragement de Monsieur Lagarde, préfet du Loir-et-Cher, la municipalité de Thésée conduite par Monsieur Charluteau, ne renonce pas et prend l’engagement de devenir  maître d’œuvre d’un nouveau projet, plus ajusté aux possibilités de financement des collectivités, mais toujours dans l’esprit du projet initial basé sur une analyse objective des besoins et du potentiel de retombées touristiques et économiques attendues, et sur une nécessaire conception évolutive. Un musée de base doit être modulable, avec possibilité de se développer pour s’adapter à la fréquentation du public et aux avancées historiques et scientifiques induites.

 

Aujourd’hui, les Amis du Musée demeurent résolus dans leur engagement et vigilants sur le suivi, bien long, du dossier.

 

 

 

Ph. P.  janvier 2017